Le syndrome des micro-ondes

L'interaction des champs électromagnétiques hyperFréquences avec le métabolisme bioélectromagnétique humain génère un syndrome appelé "syndrome des micro-ondes" ou des hyperFréquences.

 


Le syndrome des micro-ondes est caractérisé par des mécanismes et des effets en phase d'alarme et de résistance.

  1. La phase d'alarme

  2. La phase de résistance

  3. Pathologies résultantes du syndrome des micro-ondes

LA PHASE D'ALARME :
Le cerveau soumis à une stimulation ponctuelle de rayonnements électromagnétiques artificiels de type micro-ondes déclenche des réactions spécifiques de l’organisme impliquant des réponses neuronales, neuroendocrines, métaboliques et comportementales.

A- Ces réponses se classent dans le schéma général d’adaptation au stress d’un individu, ceci de manière plus ou moins adaptée.

B - La prise en charge de l’élément stresseur (l’irradiation) se réalise par :

le Système Nerveux Central (SNC), le Système Nerveux Périphérique (SNP) le Système Endocrinien (SE).

Ces réponses se divisent en 3 stades :


1 – Réception du stresseur par les organes sensoriels et leurs innervations afférentes.


2 - Programmation de la réaction au stress au niveau du cortex et du Système Limbique (SL) (amygdale, bulbe olfactif, hippocampe, septum, corps mamillaire...). Le couple Cortex/SL est un système d'analyse comparative utilisant comme banque de données des "souvenirs" issus d'expériences. Ainsi, le cerveau compare la situation nouvelle à des expériences passées afin d'élaborer une réponse adaptée.


3 - Déclenchement de la réponse de l'organisme via l'amygdale et l'hippocampe qui agissent sur l'hypothalamus et la formation réticulée du tronc cérébral afin d'activer le Système Nerveux Végétatif (SNV) et le SE (glandes surrénales). L’amplitude de l’alarme est régulée par le Système Limbique (SL).

LA PHASE DE RESISTANCE :


Suite à la phase d’alarme, si l’exposition à l’élément stresseur persiste même à faibles doses (ex : irradiation par les antennes relais) ou devient chronique (ex : irradiation d'un utilisateurs en addiction au téléphone mobile qui ne respecte pas l’autorégulation du corps par rapport à l’indice DAS de son mobile), il résulte que l’hypothalamus, etc . . . vont analyser ces stress constants et activer la sécrétion des diverses hormones, . . .

Malheureusement, en règle générale l’humain soumis exposé à ce type de rayonnements artificiels ne possède pas dans son "répertoire cognitif" de stratégie préétablie pour se défendre efficacement contre ce type d’agression, donc la stimulation hypothalamique entraîne une réponse générale stéréotypée inappropriée à ce type d’agression, . . . ce qui souvent en accroît l'impact négatif, (affaire du collège de Chabeuil France).

Concernant le métabolisme de certaines personnes cela va bien "se passer " temporairement pendant une période pouvant atteindre quelques jours à plusieurs décennies, néanmoins leurs capital santé est tout de même rapidement hypothéqué. Des pathologies telle que la maladie d ’Alzheimer, apparaissants habituellement vers le troisième âge, risquent de se déclancher  précocement.

Concernant le métabolisme de toutes les personnes en états de faiblesses (malades, personnes âgées, fœtus, bébés, etc . . .) il se produit un épuisement rapide et une dérégulation de tous les systèmes nerveux et endocrinien, donc de l’ensemble du système immunitaire.
L’organisme étant "dépassé", l'épuisement est atteint, de plus cet état est un terrain favorable à des sécrétions élevées en glucocorticoïdes qui ont un effet suppresseur sur l'immunité, . . .
Ceci va favoriser (être co-promoteur) et déclencher l’apparition d’un certains nombres de pathologies connues, c’est l’aboutissement de ce mécanisme que l’on appelle le syndrome des micro-ondes.

PATHOLOGIES RESULTANTES DU SYNDROME DES MICRO-ONDES

Syndrome dystonique cardiovasculaire : bradycardie, tachycardie, hyper/hypotension, athérosclérose...

Syndrome diencéphalique chronique : somnolence, insomnie, difficultés de concentration, vertiges...troubles sensoriels, pertes de concentration, fatigue chronique.

Syndrome asthénique chronique : fatigabilité, nausées, céphalées, anorexie, irritabilité, stress...dépression, suicide.

Pathologies cancéreuses : leucémies, glutathion et mélanome, cancers du sein...

Pathologies dermatologiques : irruptions cutanées diverses, dermatites, dermatoses, eczéma, psoriasis...

Pathologies dopaminergiques : Parkinson, les jambes sans repos, perte de sensibilité des 4 membres, ....bras serrés au réveil, crampes dans les membres...

Pathologies immunitaires : modification de la .formule sanguine (taux élevé de lymphocytes)...

Symptôme d'hypersensibilité : préalablement attribué à une perturbation psychologique !

Pathologie pré et post-natale : forte prématurité (souvent avant ou vers l’âge gestationnel), fœtopathies ...."toxiques", fausses couches, retard de croissance, biométriques, modification du génotype, puis modification...pubertaires (dont baisse QI associé à l'ouverture de la BHE).

Pathologies procréatives : diminution drastique du sperme ( infertilité)...

Pathologie hypo-gonadique : hormone testostérone, diminution drastique libido.

Pathologies du cerveau : Tumeurs, Ouverture de la BHE (Barrière Hémato Encéphalique), perturbation de l’électroencéphalogramme...

Pathologies courantes : perturbations auditives, visuelles, saignements de nez, commissures des lèvres blessées, saignements de gencives, fibromyalgie, allergies, asthme, névralgies dentaires...

Pathologies psychiques : indifférence, introversion, passivité, résignation, dépression et anorexie mentale, stress, dépression, suicide, et activité cérébrale (contrôle comportemental).

Troubles du comportement (socio-professionnel) : irritabilité, inconfort (risque d'accident accru), stress, dépression, suicide.

SOURCE
 

http://www.champs-electro-magnetiques.com/ondes/le-syndrome-des-micro-ondes-37.html